Le diamant centrafricain au menu de la visite du président Touadéra en Belgique

En visite à Anvers (Belgique), capitale mondiale du diamant, le chef de l’État Centrafricain Faustin-Archange Touadéra a fait plusieurs rencontres avec des sociétés spécialisées dans l’exploitation des mines pour promouvoir le diamant centrafricain. Dans cet optique, Faustin Archange Touadéra a échangé avec Nishit Parekh et Stéphane Fischer, respectivement président du Conseil d’Administration et président du Centre Mondial du Diamant (World Diamonds Center) pour aborder plusieurs questions. Le président centrafricain a ensuite présidé deux réunions avec les diamantaires avant de se rendre au musée du diamant où il fait un plaidoyer…

Lire

Rwanda: la source de la réconciliation post-génocide

Un mince filet d’eau s‘écoule au creux d’un vallon fertile, dans le centre du Rwanda. Pendant des années, deux villages ont vécu en harmonie autour de cette source. Avant que les tourments du génocide de 1994 ne bouleversent l‘équilibre. Mais 25 ans après, les familles des tueurs et des victimes sont désormais réconciliées et la vie a repris comme autrefois autour de cette fontaine bordée de bananiers, manguiers et avocatiers, à environ 40 km à l’ouest de Kigali. Surplombée de maisons aux toits de tuiles crayeuses, éparpillées sur le coteau,…

Lire

Les investisseurs misent toujours plus sur les start-up africaines

Selon un tout récent rapport du fonds de capital risque Partech Africa, les entreprises de la Tech africaine ont « levé » un peu plus d’1,16 milliard de dollars d’investissements en 2018, soit plus du double de l’année précédente. Dans le monde de l’innovation technologique, le nombre de levées de fonds, que l’on compte en « tours de table », et les sommes engagées sont un bon indicateur de l’état de santé d’un secteur. Or si l’on se réfère à la dernière étude publiée par le fonds de capital risque Partech Africa, on ne…

Lire

[Tribune] RDC : Kabila et la « tactique du salami »

Le 24 janvier, la RDC célébrait sa première passation de pouvoir pacifique entre deux présidents. Pendant que certains saluent un moment historique dans ce pays habitué aux rébellions et aux coups d’État, d’autres scrutent la stratégie du sortant, Joseph Kabila, qui, s’il a transmis le flambeau à Félix Tshisekedi, demeure le maître du jeu politique. Pour parvenir à ses fins, le président sortant semble avoir employé la « tactique du salami », inventée par le leader communiste Mátyás Rákosi dans les années 1940, en Hongrie, pour décrire l’élimination de l’opposition, tranche par tranche. Dans le…

Lire