Le Mozambique reconnaît avoir dissimulé un milliard de dollars de dette au FMI

Le Mozambique a reconnu avoir dissimulé 1 milliard de dollars de dette à l’un de ses bailleurs, le FMI, le Fonds monétaire international. Après avoir contesté l’information par la voie de son ministre des Finances, le Premier ministre mozambicain Carlos Agostinho do Rosário a finalement reconnu « l’oubli ». Le Premier ministre s’est immédiatement rendu à Washington pour s’expliquer auprès de Christine Lagarde, la patronne du FMI. Un aveu qui a permis de limiter les dégâts.

Finalement, le FMI ne lâchera pas le Mozambique. Il se dit prêt à évaluer les conséquences de cette révélation. Mais l’annonce de ce manquement a quand même eu des répercussions. Le taux de sa principale obligation est grimpé immédiatement. De quoi inquiéter les investisseurs qui redoutent que le pays ne parvienne plus à refinancer sa dette.

La révélation est partie de la mise en place d’un plan pour la restructuration d’une dette de 697 millions de dollars due par l’entreprise publique Ematum et garantie par l’Etat. Lors de l’examen, la banque Crédit Suisse et la russe VTB, toutes deux parties prenantes, ont découvert l’existence d’une autre dette de 800 millions de dollars, que l’Etat mozambicain a garantie, sans en informer le FMI. Une somme qui, selon le Wall Street Journal, aurait pu servir à des dépenses militaires.

Tout comme la Grèce, le Mozambique, a dans des proportions moindres maquillé ses comptes… Informé, le FMI, qui en 2015 avait octroyé une aide de près de 283 millions de dollars, a non seulement demandé des comptes au gouvernement mozambicain, mais en plus a décidé de suspendre son aide. Dans un premier temps son ministre des Finances a nié l’information, pour ensuite être désavoué par le Premier ministre qui a préféré l’aveu au mensonge, afin de conserver le soutien du FMI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *